L’ex professeure de français, Brigitte Macron, a passé les deux mois d’isolement très difficile. Du jour au lendemain, elle s’est retrouvée toute seule. Son mari était beaucoup trop accaparé à régler la crise sanitaire liée à l’épidémie du coronavirus qui a touché de plein fouet le pays.

En effet, en France, le bilan est lourd. On dénombre plus de 29 000 personnes décédées du covid 19 à travers le pays. D’autant plus que derrière cette crise sanitaire découle une grave crise économique qui a poussé des milliers d’employeurs à licencier leurs salariés par manque d’activité.

Ce qui a été le plus difficile pour la première dame de France durant le confinement, c’est essentiellement l’éloignement avec ses trois enfants et ses sept petits-enfants, qu’elle avait l’habitude de voir chaque mercredi et vendredi. Selon des proches du couple présidentiel, Brigitte Macron aurait frôlé la dépression.

« Aux yeux de l’épidémiologiste Laurent Toubiana, les autorités ont sur réagi face à une épidémie banale qui serait déjà passée, sans deuxième vague » dont les propos ont été relayés Le Parisien.

Avant de poursuivre : « Outre le choc économique du confinement, il s’inquiète sur l’impact important sur la santé de la population ». Selon l’expert, les autorités ont prononcé trop vite les mesures de confinement, qui pourraient avoir des répercussions terribles sur a santé mentale des français.

Des propos partagés par de nombreux spécialistes, comme Alain Minc, auteur du livre « Mes présidents. De Gaules à Macron, (édition Grasset). L’essayiste a déclaré : « Je suis de ceux qui pensent que l’occident a eu un coup de chaud épouvantable avec ce Covid-19. On a fait une folie. On a choisi en réalité d’éviter des morts visibles en faisant des morts invisibles. Nous allons le payer très cher ».

 


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.