La brunette  candidate de « Koh-Lanta » a longtemps été moquée à cause de son physique. Lassée, elle a suivi un régime alimentaire très strict et a effectué des séances de sport intensives. Elle s’est confiée sur Instagram.


« J’étais à 48 kg pour 1,78 m. Très mince, très complexée. Je voulais des formes, les cuisses un peu plus dessinées, un fessier plus rebondi, des bras moins baguettes et le dos légèrement musclé », avait raconté Inès, finaliste de Koh-Lanta 2020 il y a peu afin d’expliquer pourquoi elle s’était mise au sport. La belle infirmière en a dit plus dans un post Instagram qui faisait la promotion d’une tenue de sport.

Devenue connue, Inès fait comme de nombreuses personnalités issues d’une émission de télévision : des placements de produits. Mais comme elle a tenu à le souligner sur les réseaux sociaux, elle ne fait la publicité que de marques qui lui plaisent. Le 10 juin 2020, c’est donc pour promouvoir une tenue de sport qu’elle s’est mise en scène. Elle a en profité pour faire des confidences sur son corps et sur les moqueries qu’elle a subies lorsqu’elle était adolescente.

« Depuis petite, ma morphologie a fait que j’étais plus dans un délire où au collège on m’appelait ‘baguettes de pain’, on n’a cessé de me répéter que j’étais moche et que je n’aurais jamais de formes comme une ‘vraie’ femme. Il y a bientôt quatre ans, grosse détermination, marre de complexer, d’envier le corps des autres, je m’instruis sur le muscle, comment fonctionne-t-il ? Qu’est-ce qu’il faut faire et surtout ne pas faire ? Car, sur internet, on voit de tout ! Donc avant de faire, j’ai préféré apprendre en théorie pour que mes entraînements ne soient pas contre-productifs », a-t-elle tout d’abord expliqué.

Inès raconte ensuite qu’elle a suivi pendant un an son propre programme afin d’augmenter son poids. « Mon but était de déchirer le muscle afin qu’il puisse prendre en volume. D’abord chez moi, au poids du corps, puis ensuite à la salle pour ajouter des charges, de plus en plus. Cinq repas par jour ! Entraînement toutes les 48 heures sans exception, pas d’excuses ! », poursuit-elle.


Ne ratez pas la suite, Veuillez allez à la page suivante pour continuer la lecture.